Article de Anaïs Valère Novarina

« J’ai bien aimé cette pièce car elle expose d’une manière originale et simple à comprendre un « problème » qui peut toucher tout le monde. La manière dont la pièce amène le sujet m’a beaucoup plu ; les rôles, dans cette pièce, sont inversés puisque elle met en scène un homme délaissé par sa femme et non l’inverse habituel… Ce que j’ai trouvé d’original, c’est le dialogue et la communication qui essaie d’être établie d’une façon calme et avec respect entre Alban et Annie. Je trouve qu’Annie représente la femme moderne et libre mais aussi féministe parce qu’elle s’émancipe de sa famille et de son mari surtout. Malgré le côté dramatique de la situation, la liberté de dialoguer atténue ce sentiment et d’une certaine façon favorise la réconciliation. Pour moi, la pièce de François Bégaudeau peut être vue comme un apologue puisqu’elle amène ceux qui la regardent à se poser des questions sur une situation familière. La pièce peut aussi montrer qu’il vaut mieux dialoguer que réagir sous l’impulsion de la colère (ou autre), quand on est face à un problème. »

                                   Anaïs Bellik

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s