La pièce le problème

Dans le cadre du parcours culturel initié par l’association Citoyenneté jeunesse, les élèves de la 1ES2 du lycée Evariste Galois sont allés voir la pièce de François Bégaudeau « Le problème », mis en scène par Arnaud Meunier. A l’issue du spectacle, une rencontre avec l’équipe artistique est organisée.

Résumé de la pièce et description des personnages

Annie, mère de deux adolescents, décide de quitter son mari pour vivre avec un autre homme. Cette pièce raconte l’heure qui précède son départ. Chacun tente alors de vivre la situation comme il peut.

  • Annie/ La mère : Elle assume sa décision. Elle est déterminée et fait tout pour ne pas entrer dans le conflit.
  • Alban/ Le père : Il garde sa dignité même s’il est blessé pour éviter de déraper. Il est agressif lorsqu’il parle mais lutte contre la violence qui pourrait surgir.
  • Julie/ La fille : Elle est comme un électron libre, elle est dans le concret. Elle ne veut pas dramatiser. Elle a intégré la nouvelle situation et ne juge pas.
  • Adam/ Le fils : Il se met du côté du père comme si c’était lui que la mère quittait.

 

Analyse

François Bégaudeau, comme Michel Vinaver, s’intéresse au concret, l’ordinaire, le quotidien. Ils pensent tous deux que ce quotidien doit être source d’inspiration. Dans « Le problème », tout est en effet ordinaire. Nous pouvons constater un goût du réel et du détail.

L’écriture de la pièce est originale :

  • Il y a une coïncidence entre le temps de l’histoire et le temps de la représentation (1 heure), la pièce se déroule donc en temps réel. Le spectateur est donc témoin, il a un rôle de voyeur.
  • Huis-clos: Il y a quatre personnages (le père, la mère, le fils et la fille) ensemble, sans que personne n’arrive ou ne parte. Elle se passe dans un lieu unique : Le salon.

C’est donc une pièce de théâtre moderne du fait son sujet, son écriture, sa construction. Elle dépasse les genres traditionnels, la classification habituelle. Nous y trouvons des éléments de comédie surtout portés par Julie, la fille, avec son langage, son portable, sa conversation avec son amie, etc. On y trouve également une référence à Phèdre mais ici on a le refus d’une conception tragique de l’amour. On est ici dans une conception beaucoup plus moderne, beaucoup d’éléments visent à dédramatiser la situation.

 Cette pièce est construite comme une partition musicale avec des solos, des duos et des quatuors ainsi que des silences qui sont pour l’auteur très importants. Pour lui ces silences, plus ou moins longs, reflètent les dialogues réels lors de situations similaires, ils reflètent les moments de réflexion, d’incompréhension.

Tout au long de la pièce, on a un jeu entre le réalisme et le décalage par rapport à la réalité.

Le décor et les dialoguent renvoient bien à cette idée de décalage.

La pièce se passe donc dans le salon, ce qui renvoie à la vie quotidienne de chaque spectateur, à l’espace familial. C’est une situation banale dans un espace banal mais c’est la réalité sans être la réalité. Par exemple dans la conversation il y a des sujets évoqués qui ne le sont généralement pas dans la « vraie vie », ou rarement comme la sexualité des parents. De plus, le canapé est disproportionné, il est gigantesque.

L’espace est délimité par des armatures en bois qui font penser à une télévision. C’est comme si on avait une pièce déformée (fisheye). On a l’impression de surprendre une conversation privée. C’est le décor d’une famille visiblement aisée, très simple mais trois lieux s’en détachent :

  • Le bar de la cuisine, qui symbolise la famille, la repas, la réunion.
  • Le canapé (lieu du père) qui symbolise la solitude par son immensité.
  • La porte d’entrée que l’on ne voit pas mais que l’on entend. Elle est très symbolique car c’est l’élément d’arrivée et de départ. La mère sonne avant d’entrer comme si elle n’était déjà plus chez elle.

Autre forme d’originalité, le sujet de philosophie évoqué par les enfants est une mise en abîme puisque le thème de ce sujet est le bonheur.

Remarque : Nous pouvons remarquer un changement de perspective. C’est la femme qui quitte le mari et non le contraire. C’est en quelques sorte choquant car d’ordinaire, les femmes sont enfermées dans leur rôle de mère et n’ont « pas le droit » de quitter leurs enfants. La pièce prend ainsi une tonalité féministe.

Annalyse de Maryline Chatelier de 1ière ES 2

Quelques réactions d’élèves à la pièce Le Problème

 «  J’ai bien aimé cette pièce car le thème est actuel, moderne et on peut s’identifier aux personnages »

                                                 Laura

«  Je trouve cette pièce assez proche de la réalité avec les tensions au sein de la famille, les allusions aux contrôles scolaires… Les dialogues font « vrai » ; dès le début, on est emportés dans l’histoire. »

                                          Charlotte

 « Cette pièce est très vivante ; les acteurs sont très convaincants, ce qui facilite l’identification aux personnages »

                                           Sandrine J

 «  Le Problème est la pièce que j’ai préférée parmi celles que j’ai pu voir avec la classe car elle traite d’un sujet d’aujourd’hui et devenu banal, une séparation. »

                                              Guidée

 « J’ai trouvé que cette pièce moderne correspond bien à notre société »

                                       Pernelle

« J’ai beaucoup aimé le style et la modernité de la pièce »

                                       Adrien

 « Dans cette pièce, la confrontation des langages est intéressante ; on peut facilement se retrouver dans l’un des personnages. »

                                       Sabrina

« La situation exposée peut être vécue par n’importe qui. J’ai beaucoup aimé le personnage de Julie car elle a notre âge et on peut s’identifier à elle. De plus, le registre est familier, ce qui est plutôt rare au théâtre. »

                                      Déborah

 « La pièce est celle que j’ai préférée dans l’année, un peu courte à mon goût. »

                                       Leslie

 « J’ai bien aimé la durée de cette pièce car on n’a pas le temps de s’ennuyer. Le décor était original, les personnages réalistes et le décor à la fois simple et original. »

                                   Laura

« Je me suis retrouvé dans le personnage de Julie »

                                   Mounir

 « Cette pièce m’a beaucoup plu.  Elle est moderne et je pense qu’elle nous concerne davantage que les autres pièces que l’on a pu voir car elle met en scène une famille assez banale et les problèmes que celle-ci endure. Les sujets abordés sont proches de notre quotidien. Le langage utilisé par Julie est similaire à celui des jeunes et je pense que c’est un facteur important pour la compréhension de la pièce. »

                                        Eva

 « J’ai aimé cette pièce qui est humoristique ; on ne voit pas le temps passer et les acteurs sont parfaits. »

                                        Jacquelyne.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s